Posts Tagged ‘ faim ’

Manger ou ne pas manger

Alice* est au bord du désespoir. Elle était bien partie, sortie du cercle vicieux des régimes qui lui faisait alterner restriction extrême et bombance, pertes et prises de poids, euphorie dans le contrôle et panique dans le lâcher prise. Elle était bien partie, mais elle a craqué quand même. Une compulsion alimentaire de plus, «sans raison» me dit-elle, juste comme ça, parce que la nourriture appétissante était à portée de main. «Je suis vraiment nulle, je n’ai aucune volonté !» peste-t-elle, au bord des larmes.

Comment lui expliquer que la volonté ne représente qu’une petite partie dans la décision de manger ? Comme 60% des femmes (et sans doute des hommes aussi), elle attribue ses excès alimentaires au manque de volonté(1). Logique, dans une société qui a érigé la responsabilité individuelle en religion et dans laquelle la lutte contre l’excès de poids repose principalement sur le principe du « libre choix ». Il suffirait donc de « décider » de ne pas manger pour contrôler son poids ? Comment expliquer alors qu’Alice mange, alors qu’elle n’a pas faim et ne veut pas manger ?

La recherche en neurobiologie apporte des pistes qui me permettent de faire comprendre à Alice qu’elle n’est pas faible de caractère. Trois processus sont particulièrement importants : la récompense, l’inhibition, et le « time discounting (2)».

La neurobiologie de la récompense est de mieux en mieux connue(3). Les systèmes opioïde et dopaminergique de notre cerveau sont les principaux acteurs de l’intensité du plaisir (récompense) ressenti lors de la prise alimentaire. Chez certaines personnes, ce processus sabote très efficacement les signaux de faim et de satiété qui devraient réguler la balance énergétique. La réponse aux stimuli alimentaires est émoussée et explique le besoin de « reviens-y » décrit par Alice. Notre environnement proposant une multitude d’aliments appétissants et faciles d’accès est véritablement toxique pour ce type de personnes, à la merci de leurs neurotransmetteurs.

Le deuxième système neurologique à être concerné est l’inhibition. L’inhibition de la prise alimentaire est d’autant plus efficace que la zone du cortex préfrontal (celle du contrôle de soi) concernée est « musclée » : les personnes dont la région dorsolatérale du cortex préfrontal s’active facilement sont moins corpulents, ont moins de compulsions alimentaires et perdent plus facilement du poids. Il est tout simplement plus facile pour elles de ne pas manger certains aliments, aussi appétissants soient-ils. Les autres ? A l’instar d’Alice, elles aimeraient bien arrêter de manger, mais leur fonction inhibitrice est moins efficace que la moyenne.

Le « time discounting », qui contribue à l’échec de nombreux régimes, est la tendance de tout être humain à préférer un avantage immédiat qu’un bénéfice à long terme. Nous sommes nombreux-ses à préférer recevoir 100.- tout de suite que 150.- par an pendant 3 ans. Ceci permet de mieux comprendre que nous faisons parfois des choix qui ne sont pas dans notre meilleur intérêt à long terme, mais qui nous procurent un plaisir immédiat. Il se trouve que la valeur accordée au plaisir immédiat est disproportionnée chez certains individus et qu’elle est contrôlée par les mêmes zones cérébrales que celles qui inhibent ou poussent à manger.

Attribuer les excès alimentaires à la seule volonté individuelle (ou à son manque) est injuste, stigmatisant, et inefficace. En comprenant qu’elle ne lutte pas contre sa volonté défaillante mais qu’elle doit tenir compte d’une neurobiologie qui la rend plus vulnérable à un environnement riche en tentations de toutes sortes, Alice sera bientôt capable d’identifier des stratégies permettant de faire face et d’éviter les compulsions alimentaires. Ce n’est pas de la déresponsabilisation, c’est une approche qui permet de tenir compte de tous les facteurs en jeu.

(Inspiré d’un papier de B. Appelhans et al. J Am Diet Assoc 2011 ; 111 :1130-1136. Et par A*, bien sûr)
(1) Selon échantillon représentatif de Françaises (n= 675), CNRS 2003
(2) Pour lequel je n’ai pas trouvé de traduction satisfaisante, suggestions bienvenues
(3) Nous menons actuellement une étude à la filière de Nutrition et diététique à ce sujet (p. 3;  n°121818)

Advertisements

C’est de saison !

Frappant comme les cyclistes sont prêts à dépenser des sommes considérables pour alléger leur vélo. Les grammes se chiffrent vite à plusieurs centaines de francs. Evidemment, le gain de poids n’est pas la seule motivation. L’amour du beau matériel, le plaisir de visiter les magasins de vélo, de soupeser des roues, d’admirer la facture d’un cadre, d’écouter des roulements neufs… autant de raisons qui envoient les fanas de vélo à la recherche de la pièce qui manque. Surtout à l’approche de Noël !

Du moins, j’ose croire que la vraie raison qui motive Alain à s’offrir une nouvelle paire de roues est bien le plaisir d’un joli cadeau à mettre sous le sapin, et non pas la différence de poids d’avec la paire précédente. Quelques centaines de grammes qui ont un sacré coût ! Je lui ai soufflé qu’il serait sans doute plus efficace de perdre 3 ou 4 kg, d’autant qu’Alain a un léger surpoids. Offusqué, il m’a dit que la saison n’était pas à la perte de poids !

La chasse au poids est centrale dans la vie des cyclistes (un peu) sérieux. Nous sommes nombreux à nous souvenir de Jan Ullrich au sortir de l’hiver, lesté d’un certain nombre de kilos incompatibles avec la pratique sportive de haut niveau. En réalité, s’il s’était trouvé sur une plage en plein été, il aurait eu l’air juste «normal ». Mais parmi les coureurs affutés, le contraste était saisissant. Car les coureurs du peloton sont minces. Très minces. Même les « gros costauds » semblent freluquets lorsqu’on les croise dans la vraie vie. Cette chasse aux kilos pose souvent des difficultés éthiques aux diététicien-ne-s : le trouble du comportement alimentaire n’est jamais loin, et la restriction chronique à un coût : malnutrition, fatigue, obsessions alimentaires, troubles de l’humeur et autres compulsions alimentaires.

Pour les cyclistes raisonnables toutefois, il s’agit plutôt de rester autour du poids de forme durant l’hiver. Rien de terrifiant : maintenir une activité physique régulière (en général un pur plaisir pour les sportifs) et adapter les apports alimentaires à la sensation de faim. Chez les sportifs, les besoins énergétiques restent considérables, même entre-saison, donc il y a une belle marge de manœuvre pour se faire plaisir à table. Nul besoin de viser un poids inférieur à la norme, encore moins de se restreindre drastiquement, ce serait contre-productif, mais respecter sa sensation de satiété et éviter les fringales incontrôlables en mangeant régulièrement. Et puis, ne pas forcer sur les calories cachées et consommées si vite qu’elles sont vite oubliées…  en particulier les boissons autres que l’eau. C’est de saison…

Mars vs Cervelas

Un repas impromptu et convivial aux Marécottes, chez des amis d’un ami. Je tente de garder ma profession secrète le plus longtemps possible. Je n’aime pas être à l’origine de regards gênés sur les assiettes de frites, ni être interrogée à longueur de repas sur la composition des aliments ou l’efficacité de tel régime.

Ce soir-là j’ai fini par être démasquée et me suis retrouvée à arbitrer le combat Mars vs Cervelas. Je suis parvenue à botter en touche, arguant être en congé, mais ne pouvais pas échapper à mes responsabilités plus longtemps !

Chacun son « comfort food ». Madame est plutôt Cervelas, Monsieur préfère les Mars. Quel est le meilleur choix ? Eh bien, c’est très simple : Monsieur ne trouvera pas le même réconfort dans une saucisse que dans du chocolat. Et Madame ne sera pas satisfaite de chocolat, quel que soit le nombre de barres ingurgitées. Ce qui stimule notre centre du plaisir, dans le cerveau, nous est propre et le passage en bouche déclenche des réponses gustatives et sensorielles bien particulières. L’onctuosité collante d’un Mars ne se compare pas au craquement juteux d’un Cervelas. La combinaison sucre-gras est un délice pour les uns, d’autres ne jurent que par le couple sel-gras.

Sur le plan nutritionnel, ni le Cervelas ni le Mars ne sont très intéressants. Pour 100 grammes*, le Mars est plus énergétique, le Cervelas plus gras. Dans le cas de Monsieur et Madame, ces aliments ne sont pas consommés pour leurs vertus nutritionnelles, mais bien pour leur palatabilité. Et au final, l’impact sur la santé dépendra de la quantité consommée. Le Mars ou le Cervelas pour combler un « p’tit creux » a sa place dans une alimentation normale. Mais dès lors que la prise alimentaire dépasse une portion standard, devient compulsive, irrésistible, il ne s’agit plus de comparer des aliments. Il s’agit d’investiguer un comportement alimentaire qui semble mener sa propre vie, qui envahit les pensées et fait perdre tout sentiment de contrôle. Alors Monsieur, ce Mars, vous avez vraiment choisi de le manger ? Ou c’est lui qui vous a choisi ? Et vous Madame, ce Cervelas, vous le mangez avec plaisir pour combler une petite faim ? Ou il vous envahit de culpabilité parce que vous l’avalez en vitesse debout devant le frigo sans avoir vraiment d’appétit?

Il n’y a pas de meilleur choix entre un Cervelas et un Mars. Seulement des moments où l’on apprécie plutôt l’un, ou plutôt l’autre.

*Attention, un Cervelas ne fait pas le même poids qu’un Mars… et les poids varient selon les emballages!

Pédaler sous les étoiles

Combiner la passion du vélo et une nuit blanche ne semble pas couler de source. Mais Damien le Vélosophe aime les défis, et à son instigation nous étions plus de quarante à nous élancer pour un Tour du Lac (Léman) nocturne hier soir. Les « Geneva Lake Riders », affublé-e-s de chasubles fluo, ont affronté les 167 km avec bonne humeur, quelques barres énergétiques dans les poches, les bidons remplis à ras-bord.

La nuit, les repères habituels s’estompent, la concentration est de mise pour éviter les obstacles impossibles à anticiper malgré nos loupiotes. Gare aux carences en vitamine A, indispensable à la vision ! Un manque d’apport transitoire ne porte heureusement pas à conséquence, puisqu’elle est stockée dans nos tissus, et que les aliments qui la contiennent* sont généralement consommés en quantité suffisante sous nos latitudes !

Comment se ravitailler la nuit ? Le système digestif obéit à une régulation chronobiologique, et en général le signal de faim tarde à apparaître pendant la nuit. Avec la fatigue en revanche, la tendance au grignotage augmente et les ravitos sont pris d’assaut. Des bananes, riches en hydrates de carbone et magnésium pour prévenir les crampes, des sandwichs au jambon pour l’apport en protéines nécessaires lors d’effort prolongé, du coca pour la caféine utile pour conserver une bonne vigilance, des tartelettes pour le plaisir, de l’eau pour remplir les bidons, difficile de faire mieux. Les buissons sont pris d’assaut également, mais je ne reviendrai pas sur l’élégance des cyclistes urinant au bord de la route (voir le post C’est du propre !). La digestion en plein effort n’est pas facile pour tout le monde. Les plus entraîné-e-s gèrent sans problème le mélange de nutriments envahissant leur système digestif à 2 heures du matin. Certain-e-s ont du mal, affamé-e-s mais pas en état de digérer confortablement, l’afflux sanguin s’étant concentré dans les muscles des jambes qui pistonnent tant et plus.

Au fil des kilomètres l’ambiance est plus calme, les bavardages animés ont cessé, on n’entend plus que quelques conversations murmurées, le chuintement des roues, le cliquetis d’un occasionnel changement de vitesse, la musique des roues libres (sauf pour les 3 courageux Fixies). Quasiment aucun véhicule à moteur, quelques fêtards qui nous acclament sur notre passage, et retour au calme. Retour à la nuit, avec une vue magnifique sur les lumières de l’autre côté du lac.

Pas le temps de s’endormir, cependant. Sur les derniers 15 km se forme un joli contre-la-montre par équipe, préambule à celui qui aura lieu dans quelques heures sur le Tour de France. On peut mesurer l’usure des organismes, les mieux ravitaillé-e-s auront encore de quoi alimenter en glycogène leurs muscles en feu. Le final sur les quais de Genève est fantastique, la route est à nous, la vitesse augmente encore, les cyclistes fatigué-e-s n’écoutent pas leurs muscles qui leur hurlent de cesser la torture, leur cœur affolé au bord de l’explosion. Les plus raisonnables ont levé le pied, les autres foncent jusqu’au bout, goût de sang dans la bouche, arrivée euphorique.

Le jour se lève face au Reposoir, The Place to Be ce matin (et quand vous voulez, en fait, on y mange très bien, parole de diététicienne gourmande !).

*Le lait, les œufs et le foie sont riches en vitamine A. Les carottes contiennent son précurseur, la provitamine A. Les carottes sont bonnes pour les yeux, c’est bien connu !

Du sucre en liquide

Il y a bien des années, j’avais emmené le fils de mes amis B & B au cinéma. Il devait avoir 7 ans à l’époque et Tarzan était son premier « vrai » film. A l’entracte, déterminée à faire de cette sortie une vraie fête, je lui ai laissé choisir ce qu’il voulait. A ma grande surprise d’alors, il a demandé de l’eau.
Je ne sais pas ce qu’il choisirait aujourd’hui qu’il est adolescent, tant le précieux liquide a été détrôné par les boissons sucrées et les jus de fruits. Aux Etats-Unis en particulier, la consommation de sodas et jus de fruits a augmenté de manière importante depuis la fin des années ’90, pour atteindre près de 15% de l’apport énergétique total quotidien. De nombreuses études ont montré une corrélation entre boissons sucrées et obésité, tant chez les adultes que les enfants*.
Les enfants, cibles privilégiées des fabricants des boissons sucrées (c’est « fun ») ou de jus de fruits (c’est « sain » et ça rassure les parents), régulent en général assez bien leurs apports énergétiques selon leur sensation de faim. Lorsqu’ils sont rassasiés, ils cessent de manger. Hélas pour eux, les calories apportées sous forme liquide sont mal « comptabilisées » par leur organisme, et ne contribuent pour ainsi dire pas à la sensation de satiété. Le verre de soda ou de jus de fruits à 85 kcal (pour 2 dl) passe quasi inaperçu dans la neurobiologie complexe qui régit la faim et la satiété. Alors qu’il ne viendrait pas l’idée à quiconque de manger 7 à 9 morceaux de sucre en une fois, c’est bien ce qui se passe lorsqu’on avale le contenu d’une canette de boisson sucrée !
« Jus et Sodas, ce n’est pas pareil » me rétorque-t-on parfois. C’est vrai, ce n’est pas tout à fait pareil. Les jus apportent un peu de fibres et de vitamine C, sans doute quelques nutriments introuvables dans les sodas, et le type de sucre n’est pas le même (fructose, saccharose ou HFCS pour High fructose corn sirup). Mais il faut être conscient qu’un dl de jus apporte environ 10g de glucides, autant que n’importe quel soda. Même lorsqu’il s’agit de « pur jus sans sucre ajouté ». Bref, du sucre liquide qui se transforme en or en barre pour les firmes agroalimentaires.
Faut-il pour autant bannir les jus de fruits ou les boissons sucrées ? Certainement pas. Mais ne nous leurrons pas : boire un jus n’a pas le même impact sur la santé que croquer une pomme. Adoptons la sagesse de notre jeune cinéphile : privilégions l’eau pour nous désaltérer.
*Par exemple : Vartanian LR et al. Effects of soft drink consumption on nutrition and health: a systematic review and meta-analysis. Am J Public Health 2007;97:667-75.

Dormir pour maigrir

Si vous souhaitez perdre du poids, protégez vos nuits de sommeil ! Eh oui, en plus d’une alimentation optimale et une activité physique suffisante, le sommeil semble bien être un facteur facilitant la perte de poids. Ou plutôt, le manque de sommeil sabote la perte de poids.
La nouvelle n’est pas si nouvelle. Plusieurs études, menées chez des personnes obèses cherchant à maigrir, avaient déjà mis en évidence que celles qui perdaient le plus de poids dormaient plus que les autres. Une explication biologique était même venu étayer ce qui aurait pu n’être qu’une coïncidence : la leptine, hormone coupe-faim, est sécrétée en abondance durant le sommeil nocturne, alors que la grehline, l’hormone qui donne faim, est présente en plus grande quantité chez les petits-dormeurs (< 6 heures par nuit).
Le scepticisme étant une des caractéristiques des scientifiques, il fallait confirmer ces observations par un « essai clinique randomisé ». Un petit échantillon de personnes en excès pondéral a été soumis tour à tour à 2 conditions : 8.5 heures de sommeil, ou 5.5 heures de sommeil. L’apport calorique était contrôlé et une batterie de mesures biologiques effectuée. Je vous passe les détails, explicités dans la publication originale parue dans les «Annals of internal medicine »*, mais je vous livre les principaux résultats : lors de restriction de sommeil les sujets perdaient moins de masse grasse que lorqu’on les laissait dormir 8.5 heures. Pire, ils perdaient relativivement plus de masse musculaire: 60% de perte de masse musculaire de plus. Lors d’une restriction calorique, leur organisme réagissait aux nuits plus courtes en adaptant ses sécrétions hormonales : les sujets souffraient plus de la faim et brûlaient moins de graisse.
Cette étude, bien que de petite taille et de courte durée, ne prouve rien à elle seule. Mais elle complète les études antérieures, et confirme que pour perdre du poids, c’est tout le mode de vie qui entre en jeu. Inutile cependant de passer sa journée au lit : aucune étude n’a montré l’efficacité d’un sommeil de plus de 8.5 heures par nuit…

*Nedeltcheva A.V. et al. Insufficient sleep undermines dietary efforts to reduce adiposity. Ann Int Med 2010:153;435-441

« Finis ton assiette ! »

« Mets-en assez, les enfants ont faim ! ». Après une magnifique après-midi passé au festival Gratte-Bitume , à Meyrin, mes amis et moi avons opté pour le repas communautaire. Je fais donc cuire tout le paquet de pâtes, qui seront accompagnées de gros dés de tomates et mozzarella, et d’une salade dont ma copine a le secret.
Surprise, les filles ne finissent pas leur assiette ! Trop pressées de retourner jouer ? Trop fatiguées ? Peut-être n’aiment-elles pas les tomates fraîches ? Peu importe finalement. Chez nous, la règle est de goûter à tout, mais sans nécessairement finir l’assiette. Les enfants, bien mieux que que les adultes, sont capables de réguler leur consommation alimentaire d’après leur sensation de faim. Une fois de plus, cette règle s’avère la bonne : en rangeant le balcon, plus tard, je réalise que les bols de chips servis avec l’apéritif ont été totalement vidés par 4 fillettes affamées après une belle journée en plein air. Elles ont mangé ce qu’elles avaient sous la main, sont allé jouer et au retour, avaient juste assez faim pour une petite portion de pâtes et de salade.
Plusieurs d’entre nous avons grandi avec l’injonction « Finis ton assiette !», mais nous devrions nous garder de reproduire ce modèle avec nos enfants. De nombreuses recherches* attestent ce que l’anecdote ci-dessus illustre : forcer les enfants à finir leur assiette n’amène rien de bon : un apport énergétique excessif, une dérégulation des sensations alimentaires et le rejet de certains aliments. Sans parler de l’ambiance détestable qui vient parfois à régner à table. S’il peut être discutable de se remplir de chips avant un repas, il est bien pire de se forcer à finir ledit repas ensuite, alors qu’on n’a plus faim.

* Par exemple les travaux de Birch, notamment:  Birch et Ventura, Int J Obes 2009, ainsi que Galloway et al, Appetite 2006

Advertisements
%d bloggers like this: