Posts Tagged ‘ cervelas ’

Mars vs Cervelas

Un repas impromptu et convivial aux Marécottes, chez des amis d’un ami. Je tente de garder ma profession secrète le plus longtemps possible. Je n’aime pas être à l’origine de regards gênés sur les assiettes de frites, ni être interrogée à longueur de repas sur la composition des aliments ou l’efficacité de tel régime.

Ce soir-là j’ai fini par être démasquée et me suis retrouvée à arbitrer le combat Mars vs Cervelas. Je suis parvenue à botter en touche, arguant être en congé, mais ne pouvais pas échapper à mes responsabilités plus longtemps !

Chacun son « comfort food ». Madame est plutôt Cervelas, Monsieur préfère les Mars. Quel est le meilleur choix ? Eh bien, c’est très simple : Monsieur ne trouvera pas le même réconfort dans une saucisse que dans du chocolat. Et Madame ne sera pas satisfaite de chocolat, quel que soit le nombre de barres ingurgitées. Ce qui stimule notre centre du plaisir, dans le cerveau, nous est propre et le passage en bouche déclenche des réponses gustatives et sensorielles bien particulières. L’onctuosité collante d’un Mars ne se compare pas au craquement juteux d’un Cervelas. La combinaison sucre-gras est un délice pour les uns, d’autres ne jurent que par le couple sel-gras.

Sur le plan nutritionnel, ni le Cervelas ni le Mars ne sont très intéressants. Pour 100 grammes*, le Mars est plus énergétique, le Cervelas plus gras. Dans le cas de Monsieur et Madame, ces aliments ne sont pas consommés pour leurs vertus nutritionnelles, mais bien pour leur palatabilité. Et au final, l’impact sur la santé dépendra de la quantité consommée. Le Mars ou le Cervelas pour combler un « p’tit creux » a sa place dans une alimentation normale. Mais dès lors que la prise alimentaire dépasse une portion standard, devient compulsive, irrésistible, il ne s’agit plus de comparer des aliments. Il s’agit d’investiguer un comportement alimentaire qui semble mener sa propre vie, qui envahit les pensées et fait perdre tout sentiment de contrôle. Alors Monsieur, ce Mars, vous avez vraiment choisi de le manger ? Ou c’est lui qui vous a choisi ? Et vous Madame, ce Cervelas, vous le mangez avec plaisir pour combler une petite faim ? Ou il vous envahit de culpabilité parce que vous l’avalez en vitesse debout devant le frigo sans avoir vraiment d’appétit?

Il n’y a pas de meilleur choix entre un Cervelas et un Mars. Seulement des moments où l’on apprécie plutôt l’un, ou plutôt l’autre.

*Attention, un Cervelas ne fait pas le même poids qu’un Mars… et les poids varient selon les emballages!

Advertisements
Advertisements
%d bloggers like this: