Archive pour janvier 2019

Les AUT, pratiques ou toxiques ?

« AUT » c’est l’abréviation pour Aliment Ultra Transformé. J’étais récemment invitée par Martina Chyba à en parler dans le cadre de son reportage pour la télévision suisse. Vous pouvez voir le sujet ici avec notamment l’interview de Mathilde Touvier, chercheuse en épidémiologie nutritionnelle à Paris (et auteure principale du premier article listé en bas de ce post).

Un AUT, c’est du high-tech. Votre savoir-faire, votre cuisine et les ingrédients qui s’y trouvent ne suffisent pas pour fabriquer ce que l’industrie conçoit dans le secret de ses laboratoires. Parfois, l’aliment de base a subi tellement de modifications physiques qu’on ne le reconnaît plus vraiment. Un peu comme Michael Jackson. Regardez dans un  un paquet de « Tresor » ou de « Choco crispies » de la marque Kellog’s, vous comprendrez tout de suite de quoi je parle – ces produits ressemblent plus à des confiseries qu’à des céréales.

Bon, on ne va pas cracher dans la soupe, transformer des aliments a contribué à sauver la mise de nos ancêtres : broyer, mélanger, cuire, saler ou sucrer a amélioré la conservation des denrées, de les rendre plus digestes voire simplement comestibles, d’en améliorer la palatabilité – autrement dit le plaisir qu’ils procurent en bouche. Transformer des aliments, c’est ce qu’on fait toute-s dans nos cuisines, tous les jours, pour préparer nos repas. Sauf que.

Sauf que nous sommes de plus en plus nombreux-ses à compter sur l’industrie pour transformer à notre place. Mettre les légumes en conserve, écrémer le lait pour faire le beurre, tirer un bouillon de poule ne se font quasiment plus à la maison. Et ce n’est pas un mal, ça permet de faire autre chose de son temps.

Mais pour faire encore plus pratique, pour nous faire « gagner » encore plus de temps, l’industrie a poussé la transformation beaucoup plus loin : éplucher, laver et râper des pommes de terre pour faire ses röstis ? Pas besoin, des röstis pré-cuisinés en sachets d’aluminium sont prêts à être glissés dans la poêle. Garnir sa pâte à pizza de fromage et de légumes frais découpés par nos soins ? Pas la peine, non seulement la pâte est prête à abaisser, mais des pizzas garnies, surgelées ou non, n’attendent que de passer au four. C’est pratique. Ça sauve la mise quand on n’a pas fait les courses, quand on n’a pas le temps, ou quand on n’aime pas cuisiner.

Ces aliments ultra-transformés, c’est une poule aux œufs d’or pour l’industrie. Qui inonde le marché d’AUT. Le hic, c’est qu’en plus d’une longue liste d’additifs destinés à améliorer la texture, la couleur, le goût et la conservation, ces aliments sont d’énormes pourvoyeurs de sucre, de sel et de graisses hydrogénées. Parfois, pour masquer leur pauvreté nutritionnelle, les fabricants y ajoutent des vitamines ou des protéines. Un marketing agressif et un goût de « reviens-y » soigneusement conçu en laboratoire favorisent la vente de cette camelote alimentaire qui est associée à l’augmentation de cancer, d’obésité et de marqueurs biologiques pathologiques, aussi chez les enfants (références en bas de page).

Le marketing de ces produits prône le gain de temps. Mais combien de temps gagne-t-on vraiment ? Et surtout, combien de temps faut-il gagner pour que ça vaille le coup d’abîmer notre santé, ou celle des nos enfants ? Est-ce que vous gagnez vraiment du temps en achetant des produits de petit-déjeuner à base de céréales qui ont subi les outrages de l’extrusion et de l’expansion, qui contiennent autant de sel que des chips et dont l’index glycémique est tellement élevé qu’il provoque inévitablement une hypoglycémie réactionnelle ? Un bol de flocons d’avoine ou de muesli sera plus rassasiant, plus sain et tout aussi pratique (vous n’êtes pas obligé de les regarder pendant qu’ils trempent).

Nous sommes nombreux-ses à faire appel, de temps à autre à des AUT. Dans certains domaines, comme la nutrition sportive, c’est quasiment impossible de s’en passer. Ce n’est pas grave, si on sait limiter les dégâts. Vous voulez quelques trucs ?

Premièrement, le bon sens est notre ami – plus la liste d’ingrédients est longue, plus elle contient de produits « bizarres », moins on a envie d’acheter.

Deuxièmement, la simplicité aussi est notre amie. Plus on est proche de l’aliment d’origine, mieux c’est. La tranche de pain avec un morceau de bon chocolat est une valeur sûre pour remplacer les pains au chocolat industriels (ou avec un morceau de fromage si vous préférez le salé). A compléter avec un fruit, un verre de lait ou une poignée d’amandes pour les affamés. Les crudités pratiques à transporter (endives, carottes, tomates, concombres, etc.) avec du pain, du fromage ou des œufs durs, un fruit ou un yaourt en dessert, ça fait un excellent repas sur le pouce – pour peu qu’on choisisse des produits de qualité.

Troisièmement, l’industrie alimentaire peut, parfois être votre amie aussi. Eh oui ! Légumes nature surgelés, salades déjà lavées, pommes de terre, carottes ou betteraves épluchées, précuites et mises sous vide, légumineuses en conserve (sans sauce !) sont juste assez transformés pour aider les gens pressés, mais sans être totalement dénaturés.

Alors, les AUT, pratiques ou toxiques ? Les deux, mais surtout toxiques, hélas…

Références (petit extrait)

Fiolet T et al. Consumption of ultra-processed foods and cancer risk : results from NutriNet-Santé prospective cohort. BMJ 2018

Mendonça et a. Ultraprocessed food consumption and risk of overweight and obesity : the University of Navarra Follow-Up (SUN) cohort study. Am J Clin Nutr 2016

Monteiro et al. Household availability of ultra-processed foods and obesity in nineteen European countries. Public Health Nutrition 2017

Costa et al. Ultra-processed food consumption and its effects on anthropometric and glucose profile: A longitudinal study during childhood . Nutr Metab and Cardiovasc Dis 2018

Rauber et al. Consumption of ultra-processed food products and its effects on children’s lipid profiles : a longitudinal study. Nutr Metab Cardiovasc Dis 2015

 

 

%d bloggers like this: