Le régime yoyo : pas si pire ?

Le « régime-yoyo », vous connaissez ? Il commence comme un régime amaigrissant et se termine par une reprise pondérale (parfois plus importante que la perte initiale), poussant au désespoir bon nombre de personnes en surpoids.

Les personnes qui ont suivi plusieurs régimes amaigrissants dans leur vie (les serial-dieters, ou les pratiquants de régimes en série) ont, en moyenne, un poids plus élevé que celles qui n’ont suivi qu’un régime, voire pas de régime du tout. Sur la base de cette observation, la conclusion semble assez simple: les régimes font grossir… ou ne serait-ce justement pas si simple ? Car si je vous dis : « Les gens qui ont changé souvent de lunettes ont une moins bonne vue que ceux qui ont gardé les mêmes lunettes plusieurs années ou qui n’ont pas de lunettes, donc les lunettes aggravent les problèmes de vue », vous aurez vite fait de réfuter que c’est justement parce que certaines personnes ont de graves problèmes de vue qu’elles doivent changer souvent de lunettes.

Vous voyez où je veux en venir : ne serait-ce pas parce que certaines personnes ont tendance à prendre du poids, qu’elles entreprennent des régimes ?  Le poids élevé serait donc la cause et le régime la conséquence, plutôt que l’inverse.

Le même raisonnement peut s’appliquer aux risques cardio-vasculaires et de mortalité. Certaines études observationnelles ont suggéré que ces risques étaient plus élevé chez des personnes qui avaient fait beaucoup de régimes. Il faut dire que lorsqu’un médecin constate, chez un patient en surpoids, la présence d’autres problèmes en lien avec les maladies cardio-vasculaires, comme l’hypertension par exemple, il recommandera à son patient de perdre du poids. Donc… les personnes avec plus de risques de maladies cardio-vasculaires font plus souvent des régimes amaigrissants que les autres. (Pour en savoir plus, vous pouvez vous référer à l’article de Mehta et ses collègues de l’Université d’Alabama)1.

« N’empêche, me direz-vous, les régimes ne résolvent pas le problème. Si ça marchait, ça se saurait ».

Eh bien non, hélas, ça ne se saurait pas si facilement. Car comment savoir quel serait le poids des « serial-dieters » s’ils n’avaient jamais fait de régime ? Plus haut ou plus bas ? Comment savoir quel serait leur état de santé, s’ils n’avaient jamais fait de régime ? Meilleur ou moins bon ? Pour répondre à ces questions, il faudrait suivre un grand nombre de personnes attribuées au hasard en deux groupes distincts, et controler leur alimentation de manière standardisée durant toute leur vie : un groupe suivrait régulièrement des régimes amaigrissants, l’autre en aurait l’interdiction. Ce serait infaisable, en tout cas chez l’humain. Mais chez la souris, c’est possible. Et une équipe de chercheur-euse-s de l’Université d’Alabama l’a fait2. Des souris obèses ont été tirées au sort pour 1) rester obèses ou 2) suivre une succession de régimes amaigrissants et d’alimentation à volonté (en d’autres termes, suivre un régime yoyo) ou 3) perdre du poids et rester stable.

Les souris du groupe 1 ont le moins bien survécu. Rester obèses était pire que de faire un régime yoyo. Plus surprenant, la survie des souris des groupes 2 et 3 était similaire ! Donc maintenir une légère perte de poids semble avoir le même effet que de perdre plusieurs fois du poids, même si le poids remonte entre les régimes.

Est-ce que le régime yoyo ne serait pas si grave, après tout ? Nous ne sommes pas des souris, donc n’appliquons pas les conclusions de cette étude à la hâte. Mais d’un autre côté, acceptons que le régime-yoyo est peut-être injustement considéré comme délétère. Peut-être devrait-on envisager le poids en « cycles » durant lesquels il est parfois élevé, parfois moins, en fonction des possibilités et du rythme de vie de chacun ?

Pour l’instant, il n’y a pas de preuve que le régime yoyo est bon pour la santé humaine. Mais il n’y a pas de preuve non plus qu’il est délétère… sauf sur le moral et l’estime de soi! Et ça, c’est important : car le sentiment d’échec et de culpabilité associé à la reprise pondérale est un fait ; si les soignants pouvaient transmettre que toute perte de poids, même temporaire, n’est pas pire que l’obésité, il est probable que la santé psychologique de leurs patients s’en trouverait améliorée.

Petit rappel pour terminer : plutôt que le poids, c’est la qualité de l’alimentation qui a un impact important sur la santé et la mortalité ; de nombreux régimes ne couvrent pas les besoins nutritionnels fondamentaux3. Enfin, modifier ses habitudes alimentaires n’est pas un acte anodin et peut agraver des troubles du comportement alimentaire pré-existants. Je ne peux donc que recommander la prise d’un avis professionnel chez un-e diététicien-ne diplômé-e sur la question.

Quelques références:

1Mehta T. et al. Impact of weight cycling on risk of morbidity and mortality. Obesity Reviews 2014 ;15 :870-881

2Smith D.L et al. Weight cycling increases longevity compared with sustained obesity in mice. Obesity 2018 ;26 :1733-1739

3Rapport de l’ANSES (mis a jour 2016). Quels sont les risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement ?

 

Advertisements
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

Advertisements
%d bloggers like this: