Archive pour juillet 2011

Duk*n

Il fallait bien que je l’aborde un jour. Je rechignais, ne voulais pas faire de la pub. Mais Dukan est partout, sauf sur mon blog. Donc aujourd’hui, c’est de Dukan qu’on parle. Enfin, du régime Dukan. Car le docteur Dukan, je ne le connais pas. J’ai l’ai vu à la télévision, filmé dans son luxueux cabinet parisien, je l’ai entendu expliquer que son régime permet d’éliminer la “pourriture que les gens ont dans leurs artères“, qu’il envisage un “McDu” (du fast food à la mode Dukan) et cela m’a laissé une impression d’indécence et d’opportunisme.

Mais parlons de son régime. Qui est très simple: phase d’attaque, phase de croisière, phase de consolidation, phase de stabilisation.

En phase d’attaque on mange uniquement des protéines, l’organisme en manque de calories puise dans ses réserves et comme le veut la logique, le poids diminue. Phase de croisière, on introduit des légumes et on atteint un poids d’équilibre, qui correspond aux calories ingérées. Phase de consolidation, on tente de maintenir ce nouveau poids, donc l’apport calorique qui va avec. Pour chaque kilo perdu, il faut 10 jours de consolidation, donc si vous avez perdu 15 kilos, vous êtes avez droit à 150 jours de consolidation… hmmmmm… 5 mois de régime supplémentaires. Reste la phase de stabilisation, qui dure… toute la vie. Mais elle est très “simple” : le jeudi on mange des protéines, comme en phase d’attaque, et chaque jour on avale 3 cuillers à soupe de son et d’avoine. Ah et on mange équilibré, bien sûr.

Ça a l’air simple, et c’est ce qui fait le “succès” de la méthode. Car en fait de succès, de quoi parle-t-on ? Si c’est du succès commercial, il est indéniable : presque 600’000 livres vendus en 2010, rien qu’en France. Sans compter les produits dérivés et les traductions. Un vrai succès. En termes de kilos perdus, c’est sans doute un succès aussi. La phase d’attaque est d’une efficacité redoutable pour perdre du poids et si on additionnait les kilos perdus par l’ensemble des adeptes ça ferait une belle montagne. A long terme, c’est beaucoup moins évident. Il y a bien quelques héro-ïne-s qui parviennent à changer durablement leurs habitudes de vie, leurs comportements alimentaires ; mais il faut ensuite bien plus qu’une simple liste de préceptes pour que ça dure. Et pour la grande majorité, ça se termine comme avec n’importe quel régime : par une reprise de poids. Selon une enquête récente, 50% des adeptes auraient déjà repris le poids perdu entre 6 mois et 2 ans. Je n’appelle pas cela un succès. Disons que s’il s’agissait d’un médicament on s’empresserait de le retirer du marché. Ou du moins les patients iraient s’en plaindre auprès du leur médecin.

Mais c’est là le hic : les déçu-e-s ne se plaignent pas. Toutes ces personnes qui reprennent du poids ne se mobilisent pas, ne portent pas plainte pour publicité mensongère ou mise en danger de la santé d’autrui. Non. Elles culpabilisent. Les 2/3 des personnes en échec disent “échouer dans la phase de stabilisation” et ajoutent “C’est de ma faute, je n’ai pas réussi à faire la stabilisation”.

A mon avis, lorsqu’une méthode échoue pour 60% des pratiquants, c’est plutôt un problème de méthode. Non ?

PS : Des esprits chagrins se sont plaints que l’enquête sur le régime Dukan n’était pas assez scientifique. Jusqu’à présent, toutes les études scientifiques étudiant l’impact à long terme des régimes ont démontré un échec pour 95% des sujets. Sans doute l’enquête “non scientifique” a surestimé les résultats de ce régime piège…

Advertisements

Il y a pain d’épices et… Pain d’Epices!

A la recherche du meilleur ravitaillement possible, les sportifs sont à l’affût de toute nouveauté et les cyclistes, avec leurs entraînements de longue durée, sont de bons clients pour les marques qui se spécialisent en «aliments de l’effort».

La diététicienne en moi est à la recherche du produit le plus efficace pour ses patients. La cycliste (du dimanche) que je suis a testé de multiples barres, boissons, gels et autres poudres, parfois de perlimpinpin.

A la surprise de certains, je recommande souvent des aliments « normaux » – même pour des personnes d’exception. Ainsi, certaines poudres de protéines onéreuses peuvent être remplacées par des recettes «maison» ; certaines boissons de l’effort ne sont pas plus efficaces que du sirop correctement dosé agrémenté parfois d’un peu de sel, et les barres de marque peuvent être remplacées par certaines barres de céréales dont la composition est adéquate. Et puis, il y a le pain d’épices. Ceux qui me connaissent savent qu’il jouit d’un statut à part dans mon arsenal : riche en hydrates de carbone, pauvres en graisses, très digeste, pas trop sucré donc pas aussi écœurant que certaines barres de céréales, bon marché, il a en outre le grand avantage de ne pas s’émietter. Quiconque connaît la frustration de la barre de céréales qui se casse (évidemment on perd toujours le plus grand morceau) ou de la miette qui se loge dans la trachée en plein effort appréciera.

Je recommande donc joyeusement le bon vieux pain d’épices à mes clients. En Suisse, on le trouve en paquets bleus, avec un gros ours dessiné sur l’emballage. Il est bon, ce pain d’épices. Enfin, il était bon. Jusqu’au jour où un de mes patients m’en ramène d’un périple cycliste dans le sud de la France. Un pain d’épices artisanal, qu’on a envie de vouvoyer tant il est bon. Dense mais fondant. Riche mais digeste. Mielleux sans être écœurant. Le Pain d’Epices qui vous donne envie d’allonger la sortie à vélo, juste pour manger encore un peu… Remarquez, il est aussi délicieux pour le goûter. Et remplace parfaitement le pain tartiné d’une certaine pâte qui ressemble à du chocolat mais n’en est pas…

Pédaler sous les étoiles

Combiner la passion du vélo et une nuit blanche ne semble pas couler de source. Mais Damien le Vélosophe aime les défis, et à son instigation nous étions plus de quarante à nous élancer pour un Tour du Lac (Léman) nocturne hier soir. Les « Geneva Lake Riders », affublé-e-s de chasubles fluo, ont affronté les 167 km avec bonne humeur, quelques barres énergétiques dans les poches, les bidons remplis à ras-bord.

La nuit, les repères habituels s’estompent, la concentration est de mise pour éviter les obstacles impossibles à anticiper malgré nos loupiotes. Gare aux carences en vitamine A, indispensable à la vision ! Un manque d’apport transitoire ne porte heureusement pas à conséquence, puisqu’elle est stockée dans nos tissus, et que les aliments qui la contiennent* sont généralement consommés en quantité suffisante sous nos latitudes !

Comment se ravitailler la nuit ? Le système digestif obéit à une régulation chronobiologique, et en général le signal de faim tarde à apparaître pendant la nuit. Avec la fatigue en revanche, la tendance au grignotage augmente et les ravitos sont pris d’assaut. Des bananes, riches en hydrates de carbone et magnésium pour prévenir les crampes, des sandwichs au jambon pour l’apport en protéines nécessaires lors d’effort prolongé, du coca pour la caféine utile pour conserver une bonne vigilance, des tartelettes pour le plaisir, de l’eau pour remplir les bidons, difficile de faire mieux. Les buissons sont pris d’assaut également, mais je ne reviendrai pas sur l’élégance des cyclistes urinant au bord de la route (voir le post C’est du propre !). La digestion en plein effort n’est pas facile pour tout le monde. Les plus entraîné-e-s gèrent sans problème le mélange de nutriments envahissant leur système digestif à 2 heures du matin. Certain-e-s ont du mal, affamé-e-s mais pas en état de digérer confortablement, l’afflux sanguin s’étant concentré dans les muscles des jambes qui pistonnent tant et plus.

Au fil des kilomètres l’ambiance est plus calme, les bavardages animés ont cessé, on n’entend plus que quelques conversations murmurées, le chuintement des roues, le cliquetis d’un occasionnel changement de vitesse, la musique des roues libres (sauf pour les 3 courageux Fixies). Quasiment aucun véhicule à moteur, quelques fêtards qui nous acclament sur notre passage, et retour au calme. Retour à la nuit, avec une vue magnifique sur les lumières de l’autre côté du lac.

Pas le temps de s’endormir, cependant. Sur les derniers 15 km se forme un joli contre-la-montre par équipe, préambule à celui qui aura lieu dans quelques heures sur le Tour de France. On peut mesurer l’usure des organismes, les mieux ravitaillé-e-s auront encore de quoi alimenter en glycogène leurs muscles en feu. Le final sur les quais de Genève est fantastique, la route est à nous, la vitesse augmente encore, les cyclistes fatigué-e-s n’écoutent pas leurs muscles qui leur hurlent de cesser la torture, leur cœur affolé au bord de l’explosion. Les plus raisonnables ont levé le pied, les autres foncent jusqu’au bout, goût de sang dans la bouche, arrivée euphorique.

Le jour se lève face au Reposoir, The Place to Be ce matin (et quand vous voulez, en fait, on y mange très bien, parole de diététicienne gourmande !).

*Le lait, les œufs et le foie sont riches en vitamine A. Les carottes contiennent son précurseur, la provitamine A. Les carottes sont bonnes pour les yeux, c’est bien connu !

Advertisements
%d bloggers like this: