Archive pour juin 2011

Stigmatisation dans les trains suisses

La directive* de l’Office fédéral des transports interdisant aux CFF d’engager des professionnels obèses est indigne et scandaleuse. Et pourtant, aucune manif à l’horizon. Imaginons une seconde que la directive s’intitule « Prière de ne pas engager de juifs/noirs/femmes/hommes »… vous voyez le tollé ? Cette situation, relayée par la presse**, résonne fortement avec la conférence donnée récemment par le professeur J.P. Poulain, venu à Genève à l’instigation de ma collègue Magali Volery, du CCNP***. Il y abordait notamment la stigmatisation des personnes obèses, réduites à leur caractéristique la plus visible, leur corpulence. Leurs qualités personnelles, leurs compétences, leur valeur en tant qu’être humain sont gommées par la vision que la société porte sur les gros. La stigmatisation a ceci de terrifiant que la personne qui la subit finit par intérioriser la dévalorisation et trouve normal d’être considérée ainsi.

Reprenons : pourquoi les CFF ne peuvent pas engager quelqu’un avec un BMI jugé excessif ? En raison du risque de somnolence diurne plus élevé chez les obèses, selon la porte-parole. Entre nous, il vaudrait mieux éviter d’engager des ronfleurs, car le ronflement est associé aux apnées du sommeil, qui augmentent le risque de somnolence durant la journée. Statistiquement, les hommes ronflent plus souvent que les femmes, donc par sécurité, il vaudrait mieux engager uniquement des femmes. Absurde ? Simplement un raisonnement poussé à sa limite.

Il est évidemment légitime de souhaiter engager des personnes avec les caractéristiques indispensables pour une activité donnée ; mais une directive telle que celle des CFF va bien au-delà de cela : elle réduit les obèses à des personnes somnolentes. Elle stigmatise. Elle est totalement injuste. Et insuffisamment dénoncée : car au-delà des taquineries, moqueries et vexations individuelles, c’est bien toute la société qui justifie la stigmatisation des gros. Hélas je n’entends pas de révolte gronder…

* Directive de l’OFT parue le 1er avril 2010 – on peut toujours rêver qu’il s’agit d’un poisson d’avril
** Notamment dans Le Courrier du 21 juin 2011
*** http://www.ccnp-ge.ch/index.html
Pour en savoir plus : Poulain J. Sociologie de l’obésité. Presses Universitaires de France 2009.

Advertisements
Advertisements
%d bloggers like this: