L’effort coupe-faim

Après un entraînement relativement intense, beaucoup de sportifs sont surpris de l’absence de sensation de faim. Cette anorexie passagère a été caractérisée dans plusieurs études scientifiques et s’explique probablement par le fait que certaines hormones impliquées dans les phénomènes de faim et de satiété sont affectées par l’exercice physique. En particulier, la concentration plasmatique de PYY* (une hormone au puissant effet coupe-faim) est particulièrement élevée après un effort en aérobie, tout comme les concentrations de GLP-1* et de PP*. En revanche, les taux de ghreline (l’hormone qui donne faim) diminueraient dans l’heure qui suit un exercice physique.

Tous les sportifs ne sont cependant par égaux devant cette sensation de satiété procurée par l’exercice. En particulier, il semble que les sportiVES présentent un certain nombre de mécanismes d’adaptation : une étude** a montré qu’après 4 jours d’entraînement induisant un déficit énergétique, les organismes des femmes étaient capables de compenser le déséquilibre : les femmes synthétisaient plus de ghreline que les hommes, et présentaient des taux d’insuline (qui stimule la sensation de satiété) moins élevés.

Il se pourrait que ceci explique que l’exercice physique semble plus efficace dans la lutte contre l’excès de masse grasse chez les hommes que chez les femmes. Malgré tout, d’une manière générale, les athlètes ajustent leurs apports énergétiques à leurs dépenses, quitte a fractionner leur alimentation lorsque le volume de nourriture devient trop important. L’organisme humain est ainsi fait qu’un déficit énergétique sera suivi, à un moment ou un autre, par une puissante sensation de faim. Les individus qui aimeraient profiter de « l’effort coupe-faim » pour perdre du poids font bien de se ravitailler correctement durant et après l’effort, afin de ne pas se réveiller en pleine nuit avec une fringale !

* PYY = Peptide YY; GLP-1 = Glucagon-like peptide 1; PP = Pancreatic polypeptide

**Hagobian et Braun : Physical activity and hormonal regulation of appetite : sex differences and weight control. Exerc Sport Sci Rev 2010;38:25-30

A lire aussi : D. Stensel: Exercice, appetite and appetite-regulation hormones : implications for food intake and weight control. Annals of Nutrition & Metabolism 2010;57:S36-S42.

Advertisements
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

Advertisements
%d bloggers like this: